Samuel Schwarz : le départ de Pologne

Cet article relate un épisode difficile de la vie de Samuel, qui pourtant habitué à changer de lieu régulièrement,  a du cette fois rassembler toute son énergie pour fuir son pays à l’âge de 58 ans.

Chapitre 2-Le départ de Pologne

Tarnow-Rozwadow

Installé depuis plusieurs années à Tarnow, Samuel vit « tranquillement », entouré de ses proches. Mais l’invasion de la Pologne par l’Allemagne, le 1er  septembre 1939, suivi de peu par le bombardement de la ville, sonne le glas. La famille décide de partir très vite vers l’Est. La mère cuit le pain, rassemble les couvertures et au cinquième jour de la guerre, ils quittent la ville. L’un des fils, Josek, dont la conscience politique est bien aiguisée,  les guide dans ce périple. Les jours suivants, les Allemands envahissent Tarnow, ils échappent au pire.

Josek Schwarz

Leur première étape est Rozwadow où  Shloïme Aron est installé avec son épouse Etka et leurs deux enfants. Shloïme né en 1907, avait souvent aidé son père Samuel dans son travail d’ébéniste. Il était devenu plus tard décorateur pour le théâtre de l’armée rouge. Sa réputation de charmeur l’avait conduit dès l’âge de 18 ans à un mariage de courte durée. Puis à un second qui échoua tout aussi rapidement. En Etka Wind, mannequin dans un atelier de confection, il trouva la femme idéale.

 

            

 

 

 

 

 

                                                          Etka Wind et Shloïme Schwarz

 

Peu après la brève étape de sa famille à Rozwadow, il s’engagera pour combattre dans l’armée polonaise. Disparu en Russie durant la guerre, personne n’entendra plus parler de lui. Une de mes tantes témoignera de sa mort à Kiev en 1942 auprès de Yad Vashem : http://www.yadvashem.org/ .

Enfant, je ne comprenais pas sa disparition et l’imaginais perdu dans la forêt ayant survécu à la guerre et certaine de le voir apparaître un jour dans notre vie, accompagné de sa propre famille.

 

Rozwadow-Kremenets

Samuel, Sarah et enfants ne s’attardent pas à Rozwadow et poursuivent leur exil vers Kremenets parcourant à travers champs et forêt, la distance de plusieurs centaines de kilomètres qui sépare les deux villes. Leur but est de rejoindre Shama, un autre fils, établi depuis peu là-bas. Ce long voyage leur imposera plusieurs semaines de marche à travers les sentiers polonais.

Ils atteignent Kremenets au début de l’année 1940, quelques mois après l’armée russe qui, conformément au Pacte germano-soviétique d’août 1939, annexe une partie de la Pologne. Ils vivent à peu près normalement durant plus d’un an sous le régime communiste. Puis, Samuel ne désirant pas prendre la nationalité russe qui leur est proposée, la famille est « évacuée »  vers la Sibérie. Le départ survient juste avant l’invasion allemande qui rompt le Pacte en juin 1941. Ils échappent une nouvelle fois  au pire.

Shama les accompagne jusqu’à la gare, le jour de ce nouvel exil. Il envisage même fuir avec eux, hésite longuement puis renonce au dernier moment car tout quitter lui paraît insurmontable.

 

                                                             

                                                      Shama Schwarz et son épouse Mania Epstein

Shama, né en 1912, est le quatrième frère de ma mère et le cinquième de la fratrie. Il aime flâner et passer du temps à lire, assis sur un tabouret. Ébéniste lui aussi, il travaillait souvent avec son père à Tarnow. Il était marié à une très jolie jeune femme, Mania Epstein. Tous deux périrent dans le ghetto de Kremenets.

L’association du père Patrick Desbois m’a fourni de précieux renseignements sur la liquidation des ghettos et la Shoah par balles : http://www.yahadinunum.org/fr/

 

Les photos témoignent de leur jeunesse, de leur beauté et de leur vitalité.

1 commentaire sur “Samuel Schwarz : le départ de Pologne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *